6496 il est trop beau je ne risque rien | Tu Sais Quoi?

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Tu Sais Quoi?
Le préservatif est le meilleur moyen de se protéger contre le VIH, les IST et les hépatites
Interviews | 03.05.2013 - 16 h 42 | 4 COMMENTAIRES
«Il est trop beau, je ne risque rien»: l’interview du réalisateur Stéphane Foenkinos

Étiquettes : , , , , ,

stephane foe itw

Loin de se positionner en donneur de leçons, le réalisateur Stéphane Foenkinos défend l’humour comme un moyen efficace de faire passer des messages de prévention, et soutient que l’identification aux personnages peut être une façon de faire réfléchir sur ses propres comportements: «Si il y a trois ou quatre personnes qui, après avoir vu le film, peuvent s’en souvenir et qu’ils n’oublient pas de se protéger même s’ils sont dans l’enchantement et le plaisir du moment, alors on aura gagné.»


Si vous ne pouvez pas lire la vidéo, cliquez sur «Il est trop beau, je ne risque rien»: l… par yaggvideo

 

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Non classé | 03.05.2013 - 10 h 05 | 0 COMMENTAIRES
«Il est trop beau, je ne risque rien»: découvrez les comédiens du film de Stéphane Foenkinos

Étiquettes : , , , , , , , ,

Jarry

capture jarry

Télévision, cinéma, mise en scène, Jarry a plusieurs casquettes, ce qui est loin d’être en contradiction avec son dernier spectacle Atypique. Dans ce one-man show, il passe en revue les métiers les plus incongrus qu’il a été amené à exercer, de caissier à prêtre en passant par majorette (!). Après avoir joué sur la scène de la Comédie des Boulevards, il a commencé début avril une tournée en France et en Suisse et reviendra à Paris à partir de septembre 2013 au théâtre Trévise. Comédien, mais aussi metteur en scène, il a travaillé sur la pièce Légères et sans filtre, ainsi que sur les spectacles de  Charlotte Gabris, Jeff Panacloc ou encore Elisabeth Buffet.

Découvrez le site de Jarry

Guillaume Ducreux

capture guillaume

Formé au Cours Simon et à l’école Jacques Lecoq, ce jeune comédien a joué dans les mises-en-scène de pièces comme Le Marchand de Venise de Shakespeare (par Geneviève Brunet et Odile Mallet), Les Fourberies de Scapin de Molière (par Patrick Bricard), et a aussi tourné dans divers publicités, courts-métrages et téléfilms. En 2012, il a fait partie des 24 acteurs et actrices sélectionnés pour les Talents Cannes Adami et a endossé à cette occasion le premier rôle dans Bonjour réalisé par Maurice Barthélémy. Il a notamment co-réalisé avec Aliocha Itovich le court-métrage Oh Merde, sélectionné dans plusieurs festivals dont celui de l’Alpe d’Huez en 2012.

Voir la bande démo de Guillaume Ducreux

Making-of | 02.05.2013 - 14 h 04 | 0 COMMENTAIRES
«Il est trop beau, je ne risque rien»: le making-of

Étiquettes : , , , ,

making of ste-foe

Découvrez les photos du tournage du film de Stéphane Foenkinos, avec les comédiens Jarry et Guillaume Ducreux.

[nggallery id=3]

 

Pour discuter du film Il est trop beau, je ne risque rien, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Infos | 29.04.2013 - 12 h 52 | 0 COMMENTAIRES
Après une prise de risques, le réflexe Traitement Post Exposition

Étiquettes : , , , , , , , ,

Il existe une solution pour mettre fin aux doutes après une relation sexuelle non protégée, il s’agit du Traitement Post-Exposition (TPE). Le TPE est un traitement antirétroviral à prendre pendant quatre semaines et qui vise à réduire le risque de contamination par le VIH.

TPE-foenkinos

COMMENT PROCÉDER?
Toute personne peut y avoir accès en se rendant aux services des urgences le plus proche, si possible avec le partenaire (notamment s’il est séropositif), afin de procéder à une évaluation du risque de contamination auprès d’un médecin. Afin d’être pris en charge rapidement, il est conseillé d’appeler les urgences avant de s’y rendre et de déclarer avoir eu un AES (Accident d’Exposition Sexuelle ou au Sang). Enfin, il est aussi hautement recommandé de se présenter dans les quatre heures suivant le rapport sexuel, ou au plus tard dans les 48 heures. Plus le TPE est commencé tôt, plus le risque de contamination pourra être diminué. Le TPE n’est pas entièrement fiable, néanmoins pris à temps et si l’observance au traitement est respectée, les risques de contamination peuvent être réduits de 80%.

QUE FAUT-IL SAVOIR SUR LE TRAITEMENT?
Considéré comme un traitement lourd et contraignant, la trithérapie prescrite peut entraîner chez certaines personnes des effets indésirables (fatigues, nausées, diarrhées). Un mois après la fin du traitement, il est primordial d’aller se faire dépister pour vérifier l’effet du traitement. Un suivi sérologique sera ensuite observé dans les mois qui suivent.

Il est important d’utiliser un préservatif lors de tout rapport sexuel durant la prise du TPE, car le traitement ne protègera pas le partenaire d’une éventuelle contamination, notamment en raison du risque de primo-infection, stade où la charge virale est particulièrement élevée. De plus, le TPE ne protège pas des autres MST et IST et ne constitue en rien un «vaccin» contre le VIH. Le TPE est une stratégie de prévention biomédicale qui peut être fiable si elle est associée au préservatif. Comme le précise le rapport 2010 du ministère de la Santé Prise en charge médicale des personnes infectées par le virus du VIH, le TPE «ne peut pas représenter une stratégie efficace pour les personnes multipliant les rapports non protégés avec des partenaires occasionnels, en particulier au sein d’une population à très forte prévalence.»

Infos | 29.04.2013 - 12 h 35 | 0 COMMENTAIRES
«Il est trop beau, je ne risque rien»: décryptage du séroguessing, un «Don’t Ask, Don’t Tell» sérologique

Étiquettes : , , , , , ,

Le terme de «séroguessing» (qu’on pourrait traduire par séro-estimation ou séro-déduction) a été introduit en 2007 par l’épidémiologiste Iryna Zablotska-Manos à l’occasion de ses recherches sur le sérosorting, pratique de réduction des risques où l’on choisit d’avoir du sexe non protégé uniquement avec des partenaires dont on connait le statut sérologique.

seroguessing-foenkinos

SÉROGUESSING? DE QUOI PARLE-T-ON?
Lorsqu’une personne souhaite mettre en place une stratégie de sérosorting avec un partenaire occasionnel, elle doit connaître précisément son statut sérologique et être en mesure de communiquer avec son/ses partenaires pour adapter ses pratiques sexuelles. Dans le cadre du séroguessing, le ou les partenaires sont dans un comportement de supposition ou de déduction du statut sérologique de l’autre. Ce comportement peut s’apparenter à une dérive du sérosorting puisqu’il vise d’abord à réduire les risques de transmission du VIH en choisissant un partenaire séroconcordant. Cependant le séroguessing ne s’appuie sur aucune donnée concrète et se fonde essentiellement sur des spéculations sur la santé des personnes, notamment en fonction de l’apparence, de la condition physique, ou encore l’attitude par rapport au préservatif. C’est ce que présente le film de Stéphane Foenkinos: «Il est trop beau, je ne risque rien».

Ne présentant aucune fiabilité, le séroguessing conduit à la supposition de la concordance entre partenaires et par conséquent à une non-utilisation du préservatif. À ce titre, il devient une forme de «Don’t Ask Don’t Tell» («Ne pas demander, ne pas dire») sérologique: on ne demande pas son statut à son partenaire, on ne dévoile pas non plus le sien. Sous couvert d’éviter un rejet, il est clair que cette pratique entretient aussi la sérophobie au sein du milieu gay, poussant à passer sous silence sa séropositivité, sans pour autant se protéger lors des relations sexuelles.

Publicité