6496 prends-moi | Tu Sais Quoi?

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Tu Sais Quoi?
Le préservatif est le meilleur moyen de se protéger contre le VIH, les IST et les hépatites
Vidéos | 16.04.2014 - 13 h 28 | 2 COMMENTAIRES
«Avec mes plans réguliers, j’ai confiance», un film de Pascal-Alex Vincent pour Yagg et Prends-Moi

Étiquettes : , , , , , , , ,

Dans le cadre de la campagne Tu Sais Quoi?, Pascal-Alex Vincent a réalisé le court-métrage Avec mes plans réguliers, j’ai confiance. Clément et Julien se voient régulièrement et couchent ensemble à l’occasion. Problème, cette fois-ci, ils ont fait l’impasse sur le préservatif… Panique à bord? Les deux garçons se rassurent mutuellement. Car d’habitude, la capote, ils y pensent toujours… Enfin, presque. En une série de saynètes, le film de Pascal-Alex Vincent interroge sur la façon dont la confiance devient parfois une donnée à géométrie variable au fil de l’habitude…

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Avec mes plans réguliers, j’ai confiance», un film de Pascal-Alex Vincent pour Yagg et Prends-Moi

Vidéos | 20.02.2014 - 17 h 59 | 2 COMMENTAIRES
«Sur mes sextoys, pas besoin de protection», un film de Morgane Thibault et Maëlle Le Corre pour Yagg et Prends-Moi

Étiquettes : , , , , , , , ,

Dans le cadre de la campagne Tu Sais Quoi?, Morgane Thibault et Maëlle Le Corre ont réalisé le court-métrage Sur mes sextoys, pas besoin de protection. De façon originale et décomplexée, elles abordent les outils pour se protéger contre les IST et le VIH mais tentent aussi de déconstruire au passage quelques clichés sur les lesbiennes ou les bi.e.s. Point de départ du film, une réunion de sextoys, à la manière d’une vente à domicile façon Tupperware, dans laquelle la prévention va finalement amener un peu de piquant…

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Sur mes sextoys, pas besoin de protection», un film de Morgane Thibault et Maëlle Le Corre

Interviews | 05.08.2013 - 14 h 41 | 2 COMMENTAIRES
«Il m’a dit qu’il était séronégatif»: l’interview du réalisateur Stéphane Ly-Cuong

Étiquettes : , , , , , , , ,

Le réalisateur Stéphane Ly-Cuong revient sur son court-métrage réalisé pour Tu Sais Quoi? et explique ce que lui a inspiré la protection imaginaire «Il m’a dit qu’il était séronégatif» et comment il l’a conjuguée avec l’univers des comédies musicales: «J’avais envie à travers le genre de la comédie musicale, de faire quelque chose de léger et d’apaisé, de montrer que le fantasme peut rejoindre la réalité et qu’on peut fantasmer quelque chose tout en se protégeant.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Il m’a dit qu’il était séronégatif»: l’interview du réalisateur Stéphane Ly-Cuong

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Vidéos | 01.08.2013 - 10 h 35 | 12 COMMENTAIRES
«Il m’a dit qu’il était séronégatif», un film de Stéphane Ly-Cuong pour Yagg et Prends-Moi

Étiquettes : , , , , , , ,

Réalisateur et metteur en scène de théâtre, Stéphane Ly-Cuong a écrit et réalisé un court-métrage autour de la protection imaginaire «Il m’a dit qu’il était séronégatif», et l’a parsemé de références et de clins d’œil aux grandes comédies musicales.

Car, entre ce que l’on sait et ce que l’on a envie de croire, il y a parfois une légère différence… Une comédie autour de la capote, légère, piquante… et surtout musicale!


Il m’a dit qu’il était séronégatif», un film de… par yaggvideo

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Il m’a dit qu’il était séronégatif», un film de Stéphane Ly-Cuong pour Yagg et Prends-Moi

Yagg et Prends-Moi remercient Stéphane Ly-Cuong pour sa participation à Tu Sais Quoi?, ainsi que toutes les personnes ayant participé au tournage de ce film.

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Interviews | 12.07.2013 - 08 h 40 | 0 COMMENTAIRES
«Et si on arrêtait?»: l’interview du réalisateur Olivier Nicklaus

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le réalisateur Olivier Nicklaus s’est lui aussi prêté au jeu de l’interview suite au tournage de son film pour Tu Sais Quoi?: «L’idée, c’était de prendre le contre-pied des autres campagnes de prévention et au lieu de dire « Attention, c’est mal si vous ne mettez pas de préservatif! », au contraire le valoriser et l’érotiser. Le cliché dans la communauté gay, c’est que personne n’a envie de porter le préservatif. Le ramener au sein d’un couple, c’est intéressant, car quand l’un des deux dit qu’il a envie de continuer, ce n’est pas du tout ce qu’on attend.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Et si on arrêtait?»: l’interview du réalisateur Olivier Nicklaus

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Publicité