La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

Tu Sais Quoi?
Le préservatif est le meilleur moyen de se protéger contre le VIH, les IST et les hépatites
Infos | 11.07.2013 - 16 h 43 | 0 COMMENTAIRES
Le préservatif au sein du couple gay? Focus sur la sécurité négociée

Étiquettes : , , , , , , , , ,

La sécurité négociée est une stratégie de réduction des risques est mise en place par les couples séroconcordants séronégatifs. Elle consiste à utiliser le préservatif lors de toute relation sexuelle avec un partenaire occasionnel, permettant ainsi de pouvoir se passer de protection au sein du couple. Définie au début des années 90, la sécurité négociée est valable selon plusieurs critères: les partenaires sont dans une relation stable, ils doivent être tous deux séronégatifs et s’engager à ce que toute pratique en dehors du couple soit protégée pour éviter toute contamination à l’intérieur de celui-ci.

Au même titre que le sérosorting, la sécurité négociée nécessite d’avoir un recours fréquent au dépistage. Elle apparaît comme une technique viable pour éviter que l’un ou l’autre des partenaires ne soit infecté par le VIH ou par d’autres IST.

CONFIANCE ET DIALOGUE
Suite à une importante étude menée dans les années 90 auprès des gays australiens, la pratique de la sécurité négociée peut apparaître comme une stratégie efficace en matière de réduction des risques. Néanmoins, il est indéniable qu’elle repose non seulement sur le dépistage, mais aussi sur la confiance et le dialogue entre les deux personnes en couple qui s’engagent à respecter les termes de leur accord et donc à se protéger dès lors qu’ils ont une relation avec un partenaire occasionnel. La sécurité négociée impose d’avoir un contrôle sur ses pratiques: exclure toute relation non protégée avec des partenaires occasionnels, mais aussi être capable de réintroduire l’usage du préservatif en cas d’entorse aux accords fixés avec son partenaire. Si elle permet de les gérer, cette stratégie reste tout de même un moyen qui présente des risques.

Mettre en place une stratégie de sécurité négociée au sein de son couple ne doit donc pas signifier un relâchement en matière de prévention. Si elle autorise de ne pas utiliser le préservatif avec son partenaire régulier, elle impose la contrainte de se protéger obligatoirement avec ses partenaires occasionnels.

Making-of | 11.07.2013 - 14 h 18 | 0 COMMENTAIRES
«Et si on arrêtait?»: le making-of

Étiquettes : , , , , , , ,

Découvrez le tournage du film d’Olivier Nicklaus:

[nggallery id=7]

Vidéos | 06.07.2013 - 08 h 12 | 13 COMMENTAIRES
«Et si on arrêtait?», un film d’Olivier Nicklaus pour Yagg et Prends-Moi

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Quand on est en couple, on n’a plus besoin de la capote… non? Dans le court-métrage d’Olivier Nicklaus, un couple s’écharpe sur le sujet. L’un veut arrêter le préservatif. L’autre ne semble pas particulièrement emballé par cette idée. S’ensuit une savoureuse dispute dont l’issue en surprendra sans doute plus d’un! Car parfois le préservatif n’est pas qu’un moyen de protection…

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Et si on arrêtait?», un film d’Olivier Nicklaus pour Yagg et Prends-Moi

Yagg et Prends-Moi remercient Olivier Nicklaus pour sa participation à Tu Sais Quoi?, ainsi que toutes les personnes ayant participé au tournage de ce film.

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Interviews | 04.07.2013 - 12 h 20 | 0 COMMENTAIRES
«Entre filles, on ne risque rien»: l’interview de la réalisatrice Emilie Jouvet

Étiquettes : , , , , , , , ,

itw emilie

La réalisatrice et photographe Emilie Jouvet revient sur son film «Entre filles, on ne risque rien», l’occasion de recueillir son avis sur la prévention adressée aux femmes ayant des relations sexuelles avec des femmes, et de discuter de la nécessité de mieux s’informer sur les différents moyens de se protéger, quelque soit son orientation sexuelle: «Au niveau de la prévention pour les lesbiennes, c’est toujours resté à un niveau très confidentiel, et quand on discute avec les filles, la plupart pense qu’elles n’ont pas besoin de se protéger, et si jamais elles le savent, elles ne savent pas comment, ni avec quoi. C’est aussi important qu’on ne soit pas au courant de la prévention juste concernant notre propre orientation sexuelle. C’est bien de savoir comment chacun-e se protège. Plus on en sait, mieux ça vaut!»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur «Entre filles, on ne risque rien»: l’interview de la réalisatrice Emilie Jouvet

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Vidéos | 26.06.2013 - 11 h 13 | 4 COMMENTAIRES
«Entre filles, on ne risque rien», un film d’Emilie Jouvet pour Yagg et Prends-Moi

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

C’est une scène de boîte de nuit qu’Emilie Jouvet a mis en scène pour adresser un message de prévention aux lesbiennes et aux bisexuelles. Car, même entre filles il y a des risques… mais aussi beaucoup de moyens de se protéger! La réalisatrice nous en offre un petit tour d’horizon dans cette soirée 100% filles. Rarement la prévention aura été aussi sexy…

Si vous ne pouvez pas lire la vidéo, cliquez sur «Entre filles, on ne risque rien», un film d’Emilie Jouvet pour Yagg et Prends-Moi

Yagg et Prends-Moi remercient Emilie Jouvet pour sa participation à Tu Sais Quoi?, ainsi que toutes les personnes ayant participé au tournage de ce film.

Pour discuter de cette vidéo, allez sur le groupe sur la communauté et sur la page Facebook de la campagne.

Publicité